Quels sont les grands objectifs du recrutement en 2018 ?

En matière de recrutement et de sourcing, les pratiques évoluent, mêlant modernité et tradition. Alors que les recruteurs conservent leur rôle d’experts dénicheurs de talents, cette fonction connaît néanmoins divers changements.

En effet, directement impactée par les évolutions culturelles, économiques et sociétales, l’activité du recrutement doit constamment s’adapter. Découvrez quels sont les grands objectifs du recrutement en 2018.

1 – Automatiser et digitaliser le recrutement

Le premier grand objectif du recrutement en 2018 est l’automatisation. L’idée est de continuer à automatiser le processus, pour optimiser les recrutements. Les raisons ? Confier des tâches secondaires aux machines et laisser les recruteurs appliquer leur expertise. Mais aussi gagner du temps, réduire les risques d’erreurs et apporter davantage d’objectivité.

Concrètement, il s’agit de mieux intégrer les technologies dans le processus de recrutement : utiliser un logiciel de gestion centralisée, digitaliser les tests proposés aux candidats, automatiser le tri des CV et la présélection, programmer une machine pour répondre aux questions récurrentes des postulants, etc.

2 – Réduire la durée du processus de recrutement

Ensuite, un autre grand enjeu pour 2018 est de réduire la durée du processus de recrutement. En effet, si certains postes peuvent être pourvus rapidement, il arrive aussi que d’autres restent vacants pendant très longtemps.

À ce sujet, une étude de l’Apec (Association pour l’emploi des cadres) publiée en mars 2018 révèle que les petites structures ont globalement plus de mal à finaliser leurs recrutements de cadres que les grandes entreprises : dans les 3 à 6 mois suivants la parution de l’annonce, 23 % des postes sont encore à pourvoir dans les TPE, contre 17 % pour les sociétés de plus de 500 personnes.

De plus, les TPE et PME abandonnent carrément 12 % de leurs recrutements en cours de processus, contre à peine 5 % chez les grandes entreprises.

La principale raison est un manque de moyens : n’ayant pas de service RH ou recrutement, une TPE / PME n’a pas assez de temps à consacrer à ses recrutements. Pourtant, dans ces petites structures, chaque embauche revêt une importance cruciale. Il s’agit donc d’optimiser le processus de recrutement, pour réduire sa durée et augmenter son taux de succès.

3 – Améliorer la marque employeur de l’entreprise

Puis, l’attractivité est un autre objectif central pour les recrutements en 2018. L’enjeu pour l’employeur est d’être plus attractif aux yeux des candidats, pour se démarquer de la concurrence. Alors que les talents sont très prisés par les entreprises, celles-ci doivent être créatives pour faire la différence et attirer les meilleurs profils.

À cet effet, une société doit absolument améliorer sa marque employeur pour être plus attractive. Concrètement, cette marque employeur regroupe 3 piliers complémentaires :

  • L’identité employeur : aussi appelée « offre RH », elle englobe tout ce qui constitue l’identité de l’entreprise. Il s’agit globalement de sa culture, de ses valeurs, de son fonctionnement, de son personnel, etc. Elle comprend également ce qui a trait aux ressources humaines, comme les opportunités d’évolution, les conditions de travail, les pratiques managériales, les possibilités de développement des compétences, etc.
  • L’image employeur concerne l’interne. Elle désigne la communication interne (ce que l’employeur communique à son personnel) et la perception que les salariés ont effectivement de leur compagnie.
  • La réputation employeur est l’image externe. Elle représente l’opinion du public (partenaires, candidats, clients, grand public…) au sujet de l’entreprise.

Pour attirer les meilleurs candidats, il faut donc soigner le marketing RH de votre société et améliorer sa marque employeur. Vous devez alors mener des actions conjointes pour agir sur les 3 piliers simultanément.

4 – Utiliser les réseaux sociaux pour sourcer et recruter

Dans la lignée de la digitalisation du processus, ce dernier objectif du recrutement est central en 2018 : utiliser les réseaux sociaux pour sourcer et recruter. Au-delà des réseaux professionnels – comme LinkedIn ou Viadeo – qui permettent facilement de filtrer et contacter les profils intéressants, les recruteurs vont aussi étendre leurs recherches sur les autres réseaux.

En 2018, encore plus qu’auparavant, les meilleurs candidats peuvent aussi émerger sur Facebook ou Instagram. Ces sources sont d’autant plus intéressantes qu’on souhaite désormais recruter des personnalités plutôt que des CV. Or grâce aux réseaux sociaux plus personnels, vous découvrez les personnes sous un nouveau jour. Et grâce aux possibilités de filtrage proposées par ces plateformes, vos recherches sont facilitées.

Pour rester dans la course, vous devez donc réussir à vous adapter à ces grands objectifs du recrutement. Cela vous demandera des efforts et un temps d’adaptation, mais l’investissement portera ses fruits.

Toolbox recruteur

Post by Sébastien Canard

Diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce de Rennes et après une expérience professionnelle à Londres, Sébastien Canard rejoint Keljob.com en 2000. Il participe au lancement commercial du méta-moteur. Par la suite il développe et prend la direction du pôle CRM. En 2008, Sébastien Canard prône le Digital et Social Sourcing comme la solution indubitable aux difficultés des recruteurs à trouver des candidats qualifiés et co-fonde OpenSourcing, la première agence de recrutement digital exclusivement tournée vers la chasse de candidats sur l'open-web (réseaux sociaux, sites emploi, CVthèques, méta-moteurs…). Expert du recrutement digital et techno-addict, Sébastien Canard cultive sa passion du digital en partageant et en formant ses collaborateurs aux nouveaux enjeux (Big Data, Inbound Recruiting, Social Sourcing etc…) mais également aux nouvelles techniques de sourcing digital.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *