Des collègues seraient intéressé(e)s ?

Le management participatif, comme son nom le laisse entendre, consiste à impliquer les collaborateurs d’une entreprise dans certaines tâches habituellement réservées au management, comme notamment la prise de décisions et la gestion de projets.

Mise en commun des compétences, qualités telles que sens de l’écoute et le respect de l’autre, dialogue et communication, le management participatif peut apporter d’énormes atouts à l’entreprise lorsqu’il est correctement mis en place.

 

Définir les règles du jeu

Il s’agit de commencer par définir clairement les valeurs et la raison d’être de l’entreprise, éléments qui entrent aussi dans la culture d’entreprise. Cela inclut les bonnes relations entre les collaborateurs et les méthodes de travail à mettre en place, quel que soit le projet.

Certaines entreprises n’hésitent pas, pour cela, à réunir tous leurs collaborateurs sur une journée afin de faire un brainstorming. Toutes les idées sont notées, rassemblées, synthétisées puis sélectionnées afin de mettre en place une ligne de conduite individuelle et collective, qui sera la trame de fond du management participatif.

C’est une première occasion de faire participer les collaborateurs aux futures prises de décision et de les impliquer pleinement et personnellement. Cela leur permet aussi de s’approprier ces valeurs d’entreprise et de les appliquer sans même avoir besoin de se les remémorer.

 

Impliquer les équipes dans les prises de décisions

Dans un management classique, le manager impose les projets à mener et la manière de les mener. Dans le management participatif, c’est l’inverse. En accord avec le manager, bien sûr, l’équipe participe activement au choix des projets à mener pour atteindre les objectifs de l’entreprise, et au choix de la meilleure façon de les mettre en œuvre.

Dans chaque équipe, tous les collaborateurs doivent gagner de l’autonomie. Chacun doit pouvoir participer aux réunions de manière active et y proposer ses idées. Idem au niveau de la communication, la circulation des informations ou encore l’animation de rencontres.

Cela ne dispense pas pour autant, bien sûr, de distribuer des rôles à chacun pour garder une organisation stable. Par exemple, lors d’une réunion, un collaborateur peut se charger de l’animation, un autre de la présentation des derniers chiffres économiques de l’entreprise etc.

 

Déléguer le pouvoir

Impliquer les équipes dans les prises de décision oblige nécessairement à leur déléguer une partie du pouvoir. C’est absolument essentiel pour que le management participatif soit, d’une part, réel, et d’autre part, fonctionne.

Cet aspect peut encore paraître contre-intuitif pour beaucoup. Cependant, la délégation partielle du pouvoir se base sur le fait qu’en principe, les collaborateurs sont ceux qui connaissent le mieux leur métier.

Cela permet aussi de responsabiliser les collaborateurs. Certains feront évidemment des erreurs, qui feront partie de leur apprentissage. Néanmoins, même les meilleurs managers ne sont pas à l’abris d’une mauvaise décision. Pour que la transition se fasse au mieux, la délégation de pouvoir peut rester ciblée dans un premier temps, et se faire de manière progressive.

 

Ne pas reprendre la main dans les situations difficiles

Ne pas semer le doute

Une mauvaise décision d’une équipe entraîne des conséquences fâcheuses ? L’erreur à ne surtout pas commettre par le management, qui est pourtant tentante, serait de vouloir reprendre la main pour rectifier le tir. Cela n’entraînerait qu’une remise en question de l’authenticité du management participatif mis en place, et sèmerait le doute au sein des équipes.

Un exemple concret de solution

Alors, que faire ? Un exemple de solution pourrait consister à communiquer ouvertement sur la situation, en annonçant que oui, la direction reprend les choses en main, mais en faisant appel, par exemple, à un intervenant externe pour mener le projet concerné à bien, avec une date définie de début et de fin.

Dans tous les cas, laissez autant que possible vos équipes se sortir elles-mêmes des situations difficiles, afin de cultiver leur autonomie et leur prise de responsabilité.

Si vous souhaitez en savoir plus, lisez cet article qui donne l’exemple concret de la marque Decathlon.

 

Utiliser des outils sur le web pour gérer les collaborations

Qui dit management participatif dit aussi projets collaboratifs. Pour que la mise en place d’un management participatif soit efficace, il faut aussi qu’elle s’accompagne de l’utilisation d’outils dédiés qui permettent à la fois d’analyser cette efficacité et de mener et gérer les projets de toute l’entreprise, de la communication entre collaborateurs au partage de fichiers.

Il existe aujourd’hui de nombreux outils disponibles et utilisables directement en ligne pour les entreprises, et qui permettent à leurs collaborateurs de gérer des projets, organiser leurs plannings, communiquer en temps réel etc. Parmi ces outils, on peut citer Asana, Trello, Slack, Dropbox ou encore GoToMeeting.

Les améliorations et innovations possibles

Outre les enjeux organisationnels et structurels, le management participatif répond aussi à des enjeux personnels et même générationnels. Un management participatif bien mis en place, bien mené et utilisant des outils adaptés, peut aussi permettre de répondre à ces nouvelles attentes :

  • Meilleure gestion de la mobilité ;
  • Gestion globalement plus adaptative ;
  • Mise en place du télétravail ;
  • Renforcement de la communication ;
  • Amélioration de l’équilibre vie professionnelle/vie privée ;

Comparé aux techniques de management classiques, connues depuis des décennies et toujours en vigueur dans beaucoup d’entreprises, le management participatif est une véritable révolution. C’est aussi ce qui peut la rendre parfois délicate et complexe à mettre en place.

 

Cependant, elle apporte beaucoup de valeur ajoutée à l’entreprise. Un management participatif bien mis en place permet d’améliorer les performances de l’entreprise et sa capacité d’adaptation sur des marchés qui, quels qu’ils soient, évoluent de plus en plus vite et de plus en plus fort.

 

Accès à l'ebook du sourcing

 

Ce contenu vous a t-il été utile ?
0 / 5 Merci pour votre retour 🙂 - 4
Des collègues seraient intéressé(e)s ?